La théorie des jeux pour modéliser l’atténuation de la virulence de Ehrlichia ruminantium

Comment concilier Économie et Microbiologie? Ici, nous proposons une approche innovante visant à utiliser la théorie des jeux afin de comprendre les facteurs impliqués dans la virulence et l'aptitude de Ehrlichia ruminantium à se répliquer.

Les maladies induites par les bactéries intracellulaires strictes représentent un coût économique et sociétal important en santé publique vétérinaire. Dans "Economic Game Theory to Model the Attenuation of Virulence of an Obligate Intracellular Bacterium" (Front. Cell. Infect. Microbiol., 2016) , Damien Meyer et Damian Tago proposent une approche innovante visant à utiliser la théorie des jeux* afin de comprendre les facteurs impliqués dans la virulence (aptitude à créer des symptômes sur l’hôte) et le fitness (aptitude à se répliquer) de ce type de pathogènes.

Les simulations réalisées avec le modèle utilisant une théorie économique connue sous le nom de "théorie de jeux" a permis de caractériser la transition d’une forme virulente vers une atténuée à l’équilibre pour Ehrlichia ruminantium, une bactérie pathogène intracellulaire obligatoire. En effet, le "jeu" montre le rôle important joué par l’hôte dans ce processus d’atténuation de la virulence et démontre que la modification des systèmes de défense mis en place par l’hôte peut conduire à l’obtention d’une souche atténuée par un processus d’évolution. Un résultat innovant qui devrait contribuer au développement de nouvelles stratégies de contrôle contre ces maladies infectieuses bactériennes.

*La théorie des jeux est un ensemble d'outils pour analyser les situations dans lesquelles l'action optimale pour un agent dépend des anticipations qu'il forme sur la décision d'un autre agent. Cet agent peut être aussi bien une personne physique, une entreprise ou un animal.

Publiée : 20/09/2016

Cookies de suivi acceptés